Recherchez votre formation
FR |
ENG
  • print
  • Send an email

Valence - 3 mois qui changent tout

Je suis parti en mobilité ERASMUS sur une période de 3 mois afin d’y entreprendre un stage dans le cadre de mes études d'infirmier.

Au départ, j’appréhendais beaucoup la barrière de la langue. J’ai fait espagnol lv1 au lycée, cependant, cela faisait plusieurs années que je n’avais pas pratiqué.

J’ai loué une chambre à 210 euros par mois, à quelques mètres de la plage. J’étais en collocation avec trois autres personnes. J’ai donc appris à me débrouiller tout seul dans la vie de tous les jours et j’ai appris à vivre en communauté avec des gens que je ne connaissais pas. Je prenais le tram et le métro pour aller sur mon lieu de stage (soit environ 25 minutes).

Lors de mon premier jour de stage, mon tuteur m’a lâché dans le service sans même me présenter l’équipe. J’ai donc dû m’adapter tout de suite. J’ai été surpris de l’accueil et du déroulement de mon stage. En effet, tout le monde était présent pour moi, et j’étais un peu au centre de l’attention chaque jour notamment avec le personnel soignant, mais également avec les patients. Finalement, j’ai appris auprès de chacun et tout le monde faisait des efforts pour que je progresse en langue. Le point fort de mon stage, aura été la rencontre avec un étudiant. En effet, en quelques semaines avec lui, j’ai progressé au point de comprendre tout ce que l’on me disait. Cette rencontre a fortement favorisé mon intégration et mon niveau linguistique. Je prenais confiance en moi ce qui m’a permis de progresser. J’ai également pu développer 9 compétences sur 10, ce qui était important pour moi car j’essayais toujours de mettre en pratique mes valeurs professionnelles françaises pour progresser. Il n’était pas toujours facile d’expliquer en espagnol ce que je faisais, mais au fur et à mesure de mes stages, je me sens avoir progressé et je comprends de mieux en mieux les liens entre traitement, surveillance et pathologie.

Beaucoup de personnes se privent d’échange international pour des raisons financières, mais de mon côté, ça n’a jamais été un frein. J’ai réussi à trouver un logement pas cher, et chaque semaine je faisais 30 euros de courses. A cela sont rajoutées les sorties et les petites dépenses de temps en temps. La vie est nettement moins chère qu’en France. Donc j’encourage vivement les étudiants à partir découvrir ce qu’il se passe ailleurs de son pays. Grâce à la bourse par exemple (800 euros), j’ai pu payer mes trois mois de loyer et mes vols aller-retour (environs 100/150 euros un aller-retour), donc ce n’est pas forcément un problème d’argent, il faut tout simplement être motivé et avoir envie de découvrir l’ailleurs, quitter son cocon pour s’enrichir culturellement, linguistiquement et professionnellement dans un pays autre que le sien. Je suis ravi d’avoir pu vivre cette expérience, j’ai appris tellement de choses et j’ai également rencontré de bonnes personnes. Il faut s’ouvrir à l’autre, ne pas avoir peur de faire des erreurs et tout simplement vivre son aventure à fond car le temps passe très vite … Nous sommes l’acteur principal de notre échange, c’est donc à nous d’entreprendre les choses pour vivre de la meilleure des manières cette expérience. De plus, le système ERASMUS est fait pour que l’étudiant ne soit pas freiné dans ses démarches, tout était donc facile au niveau de l’administration par exemple ou alors des différents partiels que l’on devait rendre…

Up